Accéder à l'Espace famille

Réseaux sociaux

Icone Facebook Icone Twitter Icone YouTube
Icone Instagram Icone LinkedIn Icone Flickr

Info@Saran

Agenda

l m m j v s d
 
 
1
 
2
 
3
 
4
 
5
 
6
 
7
 
8
 
9
 
10
 
11
 
12
 
13
 
14
 
15
 
16
 
17
 
18
 
19
 
20
 
21
 
22
 
23
 
24
 
25
 
26
 
27
 
28
 
29
 
30
 
 
 
 
Ajouter à mon CalendrierSouscrire à Agenda de Saran

Traduire le site

Vous êtes ici

La base de la Caillerette souffle ses 20 bougies

Inaugurée officiellement en mai 2000, cette structure municipale dédiée aux 9-14 ans a accueilli de très nombreux préados saranais, tout en conservant l’enthousiasme et le dynamisme de sa jeunesse. Une soirée anniversaire est prévue le mercredi 24 juin sur place.

La base de la Caillerette souffle ses 20 bougies

C’est lors des Rencontres saranaises de 2000 que la base préados fut inaugurée par Michel Guérin et son adjointe à l’Enfance Maryvonne Hautin. Une journée à marquer d’une pierre blanche. Car cette cérémonie venait consacrer des années d’animation menées auprès des jeunes Saranais, et pérenniser enfin la nouvelle structure à la Caillerette, rue de la Poterie.

Entre-temps, cette base avait eu quelque peu du mal à trouver sa place.

« La toute première était dans les locaux du Centre Jacques-Brel, en 1979 » se remémore Manue Gouin, qui fut animatrice enfance au centre Marcel-Pagnol avant de devenir directrice de la base préados dès janvier 1996 et pendant près de 12 ans. « Puis on a récupéré les anciens locaux en modulaire de la MLC (Maison des Loisirs et de la Culture), qui furent installés à proximité des actuels cours de tennis couverts, rue Maurice-Claret. On avait reconstruit une espèce de cocon familial, avec des valeurs d’entraide et de solidarité. On est passé de 10 à 140 gamins et on a été très vite débordé ». Face à cet engouement, les élus décident la construction de la future base de la Caillerette, qui démarre en 1999.

« En tant que directrice, j’ai été impliquée de A à Z dans le projet, des appels d’offres à l’ensemble des formalités. L’architecte est venu à la rencontre des enfants un mercredi après-midi. Avec les enfants, nous allions visiter le chantier le mercredi. On préparait même des crêpes et des gâteaux pour les ouvriers ». Coût de ce projet tant attendu : 4,8 millions de francs. « Un vent de liberté. Un outil extraordinaire à l’époque, dans un cadre agréable et sécurisant, qui a su évoluer avec son temps » résume Manue Gouin.

Une dynamique toujours présente

20 ans plus tard, outre les nombreux souvenirs de temps forts riches en émotions (« Noël aux Caraïbes » et autre camp d’été dans le Berry), subsiste ceux de l’accueil de différents projets par la base. Une classe relais, présente sur place jusqu’il y a 5 ans ; des ateliers d’aide aux devoirs dès 2003, puis par période, et depuis 2015 à nouveau. Au fil des ans, la transmission des valeurs de l’Éducation populaire et de l’animation
s’est opérée en douceur. « Ce vent de liberté perdure » confie Julie Da Fonseca, directrice de la base de la Caillerette depuis décembre 2008. Une base qu’elle a fréquentée dès la préadolescence, puis en tant qu’animatrice. « Nous sommes dans la continuité, avec les mêmes valeurs, la même philosophie. La base accueille actuellement 60 enfants chaque mercredi, l’aide aux devoirs le lundi, et l’atelier hip-hop le vendredi soir. C’est toujours un lieu de socialisation, de mixité culturelle, où l’on promeut l’entraide, la citoyenneté et une ouverture au monde (assos, sport, culture) ». Sans immobilisme pour autant. « L’animation a évolué, s’est professionnalisée. Désormais, les animateurs montent des projets avec les enfants ce qui est valorisant pour tous. Depuis 3-4 ans, l’arrivée de nouveaux animateurs a entraîné un renouveau de la structure, avec la fréquentation par de plus en plus de « grands ». La question d’un accueil pour les 14-16 ans, qui ne se retrouvent pas dans les autres structures dédiées à la jeunesse, se pose et mérite une réflexion ». Mais que l’on soit rassuré : « La dynamique de la base est toujours présente ».

Dernière mise à jour : 12 mars 2020