Vous êtes ici

Tribune 8 - Mai 2016

Fatima Hrich

L’AgglO, une communauté qui doit être efficace et solidaire

Pour les élus de la majorité de Saran, le passage en Communauté urbaine présenterait « un grand danger »… Depuis la création de la communauté de communes en 1998, devenue communauté d’agglomération en 2001, le discours n’a pas changé. Et pourtant, Saran et les vingt-et-une autres communes de l’agglomération ont gardé leur liberté d’action et leurs spécificités, même si on pourrait quelquefois reprocher à l’AgglO de ne pas écouter assez certaines communes…

Il y a parfois des choix politiques qui peuvent nuire au développement d’une commune et donc de ses habitants !

Souvenons-nous : la première ligne de tramway devait initialement avoir son terminus Nord à Saran (et non à Fleury-les-Aubrais). À l’époque, la municipalité de Saran s’y était opposée. Résultat : les Saranais ont, par leurs impôts locaux ou le versement transport des entreprises, participé au financement et au fonctionnement de la première ligne (et de la deuxième), sans en tirer l’avantage et en bénéficier directement, que ce soit en termes d’attractivité pour le logement ou pour les entreprises, d’accès à Orléans ou d’aménagement urbain.

Il faut cesser les querelles politiciennes qui isolent, et être plus pragmatique ; il faut privilégier l’intérêt général ! La Communauté urbaine doit se faire avec toutes les communes qui la composeront. Dans un contexte financier très tendu et incertain, il convient d’être responsable, solidaire et constructif.

Fatima Hrich

Dernière mise à jour : 25 avril 2016