Réseaux sociaux

Info@Saran

Agenda

l m m j v s d
 
 
 
 
1
 
2
 
3
 
4
 
5
 
6
 
7
 
8
 
9
 
10
 
11
 
12
 
13
 
14
 
15
 
16
 
17
 
18
 
19
 
20
 
21
 
22
 
23
 
24
 
25
 
26
 
27
 
28
 
29
 
30
 
31
 
Add to My CalendarS'abonner à Agenda de Saran

Traduire le site

Vous êtes ici

Ouvrez l'œil

De nombreux vestiges du passé sont encore visibles aujourd'hui.

Borne Royale

La Borne Royale

Elle se situe sur la RD2020 près de la rue de l'Ormeteau et porte le numéro 57.

Sous Louis XV, à partir de 1745, des bornes en pierre de 1,30m de haut ornées d'une fleur de lys en bas-relief sont mises en place sur les routes royales. Le point d'origine se trouve à Paris sur le parvis de Notre-Dame. Les bornes avaient été installées toutes les 1000 toises (1949m).

À l'intérieur de la cavité, la fleur de lys a volontairement été martelée pendant la Révolution Française.

Château de l'Étang

Le Château de l'Étang

Pour en savoir plus : château de l'Étang

L'Église Saint-Martin

Les soubassements nord de l'église datent du XVe siècle (ils proviennent d'une ancienne chapelle). L'église fut agrandie pour devenir église paroissiale au XVIe siècle.

Fontaine Saint Martin

La fontaine Saint Martin

Cette fontaine était autrefois connue pour ses bienfaits mais aujourd'hui elle ne coule plus que d'un mince filet d'eau qui rejoint le lac de la Médecinerie

En hommage à cette source, la future voie qui relie le centre Bourg à l'ancienne route de Chartres a été nommée Rue de la Source Saint Martin.

Les bâtiments du centre technique municipal à l'époque de l'aérodrome

Les bâtiments du centre technique municipal abandonnés dans la années 90 ou 2000

Le nouveau centre technique municipal réhabilité à la fin des années 2000.

Le centre technique municipal

Ce qu'on connaît comme centre technique ne l’a pas toujours été. En effet c'était auparavant l'aérodrome de Saran. Il fut inauguré en 1924 et servit durant la seconde guerre mondiale. Il servait aussi de terrain, de secours officiel concernant les lignes commerciales et postales.

Un Aéro-club fut créé en 1930 pour inciter les passionnés à construire et piloter leurs avions comme grâce au brevet d'aviateur. C'est donc devenu un lieu attractif et touristique qui organisait baptême de l'air, meeting…

Suite aux bombardements de la guerre et à la construction de l’autoroute, toutes activités aéronautiques sont définitivement arrêtées en 1972

La Beurrière

La Beurrière

La Beurrière était un château situé sur le chemin des quatre clefs mais c'est aussi un chemin qui est aujourd'hui la rue du Polygone qui dans le temps était le lieu pour les guinguettes en vogues. 

L'Hopiteau

L'Hopiteau

Cette bâtisse fut comme son nom l'indique un hôpital qui était d'abord pour les pèlerins au lendemain de la prise de Jérusalem par les croisés. Plus tard il y aurait même eu les soldats de Jeanne d'Arc blessés qui y aurait été soignés.

Rail aérotrain

Rail Aérotrain

Suivant ou l'on se balade on peut voir ces 18 km de rail : de Saran à Ruan. Ce rail aurait dû servir à l'Aérotrain, invention de Bertin de 1961 qui voulait relier Orléans à Paris en 25 minutes.
Ce projet fut abandonné par l'état en 1974 puis par la société Bertin à la mort de son fondateur en 1975 mais le rail déjà construit lui reste. 

Statue des Aydes

Statue des Aydes

La statue se situe sur l'ancienne route de Chartres, la route de Saran pénétrant à Orléans et Fleury les Aubrais.

Elle est construite en 1899 par DESVERGNES pour commémorer la mémoire des civils et des militaires qui ont péri dans la bataille de 1870 qui fût d'une extrême violence.

Plaque de la Chapelle Vieille

Plaque de la Chapelle Vieille

Cette chapelle que l'on connaît aujourd'hui comme le Théâtre de la Tête Noire a été le 11 octobre 1870 un lieu de fortification durant la bataille. Cette journée fut à tel point marquante qu'une plaque commémorative est accrochée sur la chapelle pour que cet événement ne soit oublié par personne.

Château de la Poterie

Château de la Poterie

Ce qui aujourd'hui accueille les locaux de la GMF était auparavant un château appartenant d'abord à La comtesse de Ham, son mari fut commandant des hôpitaux de la Grande armée en Russie.
Le dernier propriétaire en faisait lui profiter l’église car il proposait à la paroisse d'y organiser patronage et kermesses.

 

Dernière mise à jour : 28 juin 2016