Réseaux sociaux

Info@Saran

Agenda

l m m j v s d
 
 
 
 
1
 
2
 
3
 
4
 
5
 
6
 
7
 
8
 
9
 
10
 
11
 
12
 
13
 
14
 
15
 
16
 
17
 
18
 
19
 
20
 
21
 
22
 
23
 
24
 
25
 
26
 
27
 
28
 
29
 
30
 
31
 
Add to My CalendarS'abonner à Agenda de Saran

Traduire le site

Vous êtes ici

Toponymie de la ville

  • Carte de Cassini de Saran et ses environsLes Bichardières : Ferme, propriété ayant appartenu à l'origine à la famille Bichard.
  • Le Bois Joly : « Joly » était à l'origine le propriétaire de ce bois.
  • Les Bordes : Deux explications sont possibles. Soit du latin Borda qui veut dire planche, la Borde serait à l'origine une maisonnette rustique en planches. Mais à Saran, il s'agirait plutôt de « bordis », petite exploitation agricole.
  • Les Brosses : Signifie broussaille.
  • Les Bruères : Déformation de Bruyères
  • Les Chimoutons : En cet endroit auraient été parqués les moutons en provenance de la Beauce. Ils y laissaient leurs déjections.
  • La Chiperie : Endroit ou quartier habité par des chiffonniers. Chipe en vieux français signifie chiffon, guenille.
  • Le Colombier : du latin Columna qui veut dire borne. Le mot latin columnae indique l'endroit où l'on se trouve « à la borne ».
  • L’Épineux : Du latin sponisum, lieu couvert d'épines.
  • La Fosse aux Loups : Fosse désigne soit des excavations laissées par les habitations gauloises, soit des enceintes protohistoriques ou des mares comblées appelées aussi « mardelles », soit des cimetières. Parfois synonymes de vallon et dépression, peut désigner ainsi un ancien canal creusé par les Romains. On peut admettre que les loups, venant de la forêt se faisaient piéger dans ces trous.
  • La Foulonnerie : De terre à foulon servant au dégraissage du drap.
  • Les Glaises : Du gaulois gliso, terre compacte et plastique imperméable.
  • L'Hopiteau : lieu donné en 1182 aux hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem, ce lieu s'appelait auparavant Chugy.
  • La Justice : Lieu où étaient élevés gibets, potences et fourches patibulaires où l'on exécutait les criminels.
  • Le Kiosque : édifié à la fin du XVIIIe siècle, servait lors des vendanges au pointage des cueilleurs et des hottes déversées, à la distribution des repas et aux réjouissances de fin de soirée où l’on dansait.
  • La Médecinerie : Lieu où les moines préparaient les plantes médicinales. C'est également un lieu où furent découverts plusieurs fours de potiers, des débris de poteries et objets en fer d’époque gallo-romaine/médiévale.
  • Mesnil : Exploitation de grande taille. Métairie, ferme exploitée par des ouvriers payant la redevance en nature.
  • Montaran : Mon Aranus en latin, est le nom d'un moine nommé Aranus venu, à l'époque carolingienne, s'installer en ce lieu pour catéchiser les abords de la forêt d'Orléans.
  • Montjoie : C'est une éminence située sur un lieu de pèlerinage. Sur la route de Paris à Orléans, en un lieu où le plateau de Beauce s'infléchit vers le Val de Loire. En cet endroit, les pèlerins, commençant à apercevoir les nombreux clochers des églises d'Orléans, étaient transportés de joie.
  • L'Orme au Coin : à l'intersection de la rue de l'Orme au Coin et du chemin de Sary (aujourd'hui, rue de la pelleterie) existaient une mare et des ormes.
  • Les Parrières : La perrière ou parrière est un nom qui fut parfois donné au Haut Moyen-Âge à des ruines d'époque romaine dérivé du latin petra, pour des parcelles contenant de grosses pierres provenant sans doute de constructions ruinées.
  • Passe Debout : le passe debout était au XVIIIe siècle, un permis de passage pour les produits traversant une localité soumise aux droits d'octroi.
  • La Poterie : ancienne fabrique de pots.
  • Ran d'Abbas : Ran est le nom donné parfois au bélier, ou au viticulteur, ou à la fosse creusée pour planter la vigne. Abbas, viendrait de abbé, le supérieur d'une Abbaye.
  • Saint Aignan : Ferme et terrains ayant appartenu jusqu'à la Révolution aux chanoines du chapitre de Saint Aignan d'Orléans.
  • Sary : S'écrivait en 836 et au XIe siècle cerisiacus. L'origine est obscure, peut-être un nom d'homme signifiant cerasus (cérisier). En 1283 on écrit cerisi, peut-être un lieu planté de cerisiers.
  • La Tête Noire : plusieurs hypothèses : nom d'une enseigne tête négroïde (enseigne d'une auberge où se rendaient les charbonniers), ou un emplacement noirci d'une bâtisse détruite par le feu.
  • La Tuilerie : Lieu où se trouvait la fabrique de tuiles. Une tuile peut aussi indiquer la table d'un dolmen effondré.
  • Le Veau : En fait, il ne s'agit pas du petit de la vache, le mot a malencontreusement été transformé sur les plaques de rue. Le nom réel est Vau, en vieux français vallée, val.
  • La Vente au Moines : Appartenait autrefois à l'abbaye de Micy Saint Mesmin (Commune de Saint Pryvé Saint Mesmin)
  • Villamblain : Domaine rural (villa) ayant appartenu à la famille Amblain.
  • Vilpot : A l'origine, Vilpeau, quartier situé près de la léproserie aux Aydes. Les habitants appelaient les malades « gens à vilaine peau ».

 

Dernière mise à jour : 15 juillet 2014